Le mont Gargan et sa chapelle consacrée à Notre-Dame-du-Bon-Secours

PARTAGER

Le mont Gargan entre Saint-Gilles-les-Forêts et Sussac

Le mont Gargan est un sommet du Massif central en bordure ouest du plateau de Millevaches entre Saint-Gilles-les-Forêts et Sussac. Il est situé dans le parc naturel régional de Millevaches en Limousin. Son altitude est de 731 m…..

Le sommet de la colline était autrefois entièrement recouvert de bruyères et de genêts qui ont en partie disparu au profit d’une prairie mais, la lande a cependant survécu en certains endroits.

le mont Gargan définit aussi l’ensemble du massif supportant le sommet culminant. Ce massif domine à l’ouest le plateau limousin et les monts de Fayat, il constitue la première avancée du plateau de Millevaches qui est situé à l’est. Du sommet on peut jouir d’une vue sur l’ensemble des hauteurs du Limousin. Particulièrement, les monts de Châlus, les monts de Blond, les monts d’Ambazac et le plateau de Millevaches, les Monédières. Par beau temps, on peut apercevoir le puy de Sancy et les monts Dore. Au sud, la vue se prolonge jusqu’aux causses du Quercy et aux collines du Périgord noir.

Contrairement à une idée largement répandue dans les livres et sur les cartes, le mont Gargan n’est pas le point culminant de la Haut-Vienne. Cela revient au puy Lagarde avec 795 m d’altitude à 25 km au nord-est près de Beaumont-du-Lac.

L’histoire de la Chapelle :

L’accès au sommet s’effectue par une allée bordée à droite d’imposants hêtres taillés aux branches tortueuses. Au sommet se trouvent les ruines d’une chapelle consacrée à Notre-Dame-du-Bon-Secours édifiée de 1868 à 1871 par l’abbé Louis Joyeux avec l’aide de la population. Elle fut par la suite endommagée par les rigueurs du climat et par des actes de malveillance. Par la suite, elle fut consolidée en 1992 par une décision du conseil général de la Haute-Vienne et des Amis du mont Gargan.

Depuis 1986 elle est la propriété du département. Récupérée illégalement par un ferrailleur, la cloche de la chapelle a été retrouvée avec l’aide de la police, et réinstallée en février 2011 à l’instigation des Amis du mont Gargan. Une stèle rappelle la bataille du mont Gargan au cours de laquelle s’affrontèrent une division de l’armée allemande et des maquisards de Georges Guingouin.

La bataille du mont Gargan et Georges Guingouin

La bataille du mont Gargan opposa du 18 juillet au des soldats allemands de la Brigade Jesser épaulés par des membres des 1 et 3 Centaines de la 2 Cohorte de la Milice française aux maquis du mont Gargan commandés par le communiste Georges Guingouin.

Du 18 au 24 juillet 1944 après le parachutage le 14 de conteneurs d’armes par les forteresses volantes alliées, les Francs-Tireurs et Partisans FTP du colonel Georges Guingouin renforcés par des gardes mobiles et des éléments de l’école de la Garde mobile de Guéret passés à la Résistance soit environ 3 500 hommes. Il se sont opposés à environ 4 800 assaillants composés de la colonne Jesser forte de 2 500 hommes renforcée par d’autres unités allemandes et des miliciens français.

Wikipédia

Merci de laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :